Amical-Belgique-CI (1-1) : Un nul finalement pas volé

Comme en 2018, les Eléphants de Côte d’Ivoire ont accroché le match nul (1-1) face à la Belgique le jeudi 08 octobre 2020 au Stade Roi Baudoin de Bruxelles. Une prestation qui a mis sous le feu des projecteurs des Eléphants à réaction.

Tenir en échec le leader du classement FIFA sur ses terres. Un exploit. Mais une performance loin d’être inédite. En Mars 2016, en match amical sur le même théâtre des opérations, Didier Drogba et Max Gradel avaient permis à la Côte d’Ivoire de remonter deux buts. Mais pour une reprise, longtemps après novembre 2019, période de la dernière sortie des Eléphants, face à des Belges en jambe, ce n’était pas donné pour Patrice Beaumelle. Le technicien français qui fêtait sa première sur le banc ivoirien semblait plutôt soulagé, au coup de sifflet final. La satisfaction d’avoir fait jeu égal avec les Diables Rouges n’effacera pas l’impression d’Eléphants à deux visages. Les deux mi-temps incarnent ce constat rendu implacable par quelques chiffres.

45 premières minutes sans relief

Dominés par une équipe remaniée par Roberto Martinez, les Eléphants ne furent l’ombre de pas grande chose. Résultat un seul tir cadré sur toute la première période, qui ne vaudra que pour les lignes des stats. Car, à vrai dire, l’unique tentative de Max Alain Gradel (39è), noyé par l’axe défensif des Belges, ne fit point trembler l’expérimenté Simon Mignolet. Tout le contraire de son homologue en face, Sylvain Gbohouo, obligé de s’employer au 8è et surtout 38è devant la menace belge. 45 minutes sans relief pour des Ivoiriens privés d’espace par la mobilité de l’adversaire pourtant pas plus dangereux que le tableau de la possession qui affichait 53% en sa faveur. Puisqu’au-delà de la tenue de balle de Jeremy Doku et des accélérations de Léandro Trossard, aucun des 4 tirs de la Belgique, aucun n’était cadré.

De la révolte à la réussite

Résolus à afficher un tout autre visage au retour des vestiaires, les Ivoiriens font vivre la balle et ouvrent les vannes offensives. 5 tirs dont 2 cadrés et 11 coups franc. Des chiffres en faveur des Ivoiriens. Mais la promesse du spectacle prend les Eléphants à revers. Les espaces créés par le desserrement de l’étau profitent à Michy Batshuayi (1-0). Mais l’état d’esprit de l’équipe de Patrice Beaumelle, qui rappelait le quart de finale de la CAN 2019, fait perdre sa lucidité à la Belgique qui multiplie les fautes et laisse entrevoir sa fébrilité. Quand les sorties de Gradel et surtout de Serey fluidifient le jeu des tricolores. Une opportunité pour le transparent Zaha de pousser Sebastiaan Bornauw à la faute et de se créer un penalty incontestable au ralenti. Le penalty tranquille réussi par Kessié, la preuve du caractère affiché par les Ivoirien (1-1). Loin d’un hold-up, le nul engrangé ne vient que confirmer la qualité d’un groupe qui devra toutefois se débarrasser de sa lenteur à l’allumage.

Patrick GUITEY