Atlético de Madrid – FC Barcelone : les notes du match

Dans le cadre de la quinzième journée de Liga, l’Atlético de Madrid accueillait le FC Barcelone. Une affiche qui marquait notamment le retour d’un certain Antoine Griezmann au Wanda Metropolitano, quelques mois après son départ compliqué de l’Atlético. Victorieux péniblement de Leganés (2-1) le week-end dernier, le Barça devait absolument l’emporter pour recoller au Real Madrid. De leur côté, les hommes de Diego Simeone pouvaient rejoindre leur adversaire du soir en cas de succès. Pour y parvenir, le technicien argentin alignait un 4-4-2 avec le duo Joao Felix, Alvaro Morata en attaque. Ernesto Valverde optait pour un 4-3-3 et titularisait Arthur à la place de Busquets suspendu.

Très attendu pour son retour à Madrid, Antoine Griezmann démarrait bien la rencontre comme titulaire. Il fallait attendre la sixième minute pour entrevoir la première occasion du match. Dans la surface, Hermoso récupérait un ballon mal négocié par la défense du Barça, débordait et centrait devant le but. Le ballon était dévié par Junior Firpo avant de toucher le montant de Ter Stegen. L’Atlético se montrait une nouvelle fois dangereux avec Joao Felix à la baguette qui distillait un excellent centre dans le dos de la défense pour Hermoso dont la volée était repoussée miraculeusement par Ter Stegen (20e). Acculé, le Barça ne parvenait pas à s’approcher des buts gardés par Oblak en début de match. Cinq minutes plus tard, Arthur perdait un ballon aux abords de sa surface, Joao Felix décalait Herrera dont la frappe enveloppée passait à côté. Dans la foulée, le Barça se procurait sa première occasion du match.

Lionel Messi sauve une nouvelle fois le Barça

Lionel Messi s’infiltrait dans la défense avant d’alerter Rakitic dans la surface dont la frappe n’inquiétait pas Oblak (26e). Dix minutes plus tard, les Blaugranas faisaient parcourir un ultime frisson dans les travées du Wanda Metropolitano. Griezmann décalait Suarez à l’entrée de la surface. L’attaquant uruguayen décochait une frappe sans contrôle qui filait juste à côté (36e). Moins dangereux depuis la demi-heure de jeu, l’Atlético réagissait sur une tête de Morata consécutive à un corner de Trippier. Ter Stegen sauvait une nouvelle fois les siens en repoussant la tentative de l’attaquant espagnol (40e). Le FC Barcelone répliquait juste avant la pause sur corner. Arthur le frappait pour la tête de Piqué qui heurtait la transversale (43e). Au retour des vestiaires, Le FC Barcelone sollicitait Oblak. Sur la gauche, Junior Firpo servait Antoine Griezmann dont la frappe instantanée n’inquiétait pas le portier des Colchoneros (46e).

A l’heure de jeu, les Catalans se procuraient une nouvelle occasion avec Suarez qui servait Messi dont la frappe enroulée était bien captée par Oblak. Les hommes d’Ernesto Valverde se montraient plus dangereux dans le second acte. Sur un contre, Sergi Roberto filait côté droit et alertait Suarez à l’entrée de la surface dont la frappe était captée par Oblak (63e). Les protégés de Diego Simeone semaient la zizanie dans la défense catalane. Morata se battait bien à l’entrée de la surface, Herrera décalait Correa sur la droite dont le centre était dévié par l’attaquant espagnol, mais Ter Stegen était vigilant (72e). Mais le Barça entrevoyait la lumière grâce à Messi. De Jong récupérait le cuir au milieu et le transmettait à Messi. La Pulga s’appuyait sur Suarez et ajustait Oblak d’une frappe imparable petit filet (0-1, 86e). Grâce à ce succès étriqué, le FC Barcelone reprenait la tête de la Liga à la différence de buts.

.

L’homme du match : Ter Stegen (7,5) : le portier allemand sauve les siens en début de match en détournant miraculeusement une volée d’Hermoso (20e). Le gardien du Barça intervient une nouvelle fois sur une tête de Morata qu’il repousse d’une manchette (40e). Décisif sur une déviation de Morata consécutive à un centre de Correa (72e). Ses interventions décisives ont permis au FC Barcelone de rester dans le match avant l’éclair de génie de Lionel Messi. Une prestation XXL de l’international allemand ce soir.

Atlético de Madrid

- Oblak (6) : bien placé pour stopper la frappe de Rakitic (26e), sauvé par sa barre sur une tête de Piqué (43e), le gardien slovène n’a pas vraiment été mis à contribution mais il a assuré lorsqu’il était sollicité.

- Trippier (6,5) : une activité incessante dans couloir. Toujours en mouvement, il n’a pas hésité à dédoubler et proposer une solution sur son côté. Sa qualité de passe sur les coups de pied arrêtés est une arme supplémentaire pour son équipe. Il aurait pu ouvrir le score sur une lourde frappe mais la défense a dégagé comme elle pouvait (73e).

- Felipe (6) : très solide défensivement. Il a bien accompagné Hermoso lorsque celui-ci est venu au soutien de Saul. Très costaud dans les duels, il a bien maîtrisé Suarez qui n’a rien eu grand-chose à se mettre sous la dent. Seul bémol, il n’intervient pas assez vite sur Messi qui a le temps de frapper et marquer (86e).

- Hermoso (6,5)  : tout proche d’ouvrir le score sur un centre parfait de João Félix, au second poteau (20e). Beaucoup d’envie et de caractère dans ses interventions. Il a souvent aidé Saul sur le côté gauche afin d’aider son coéquipier qui n’était pas à son poste. Un match complet où il a apporté de la sérénité.

- Saul (5) : positionné à ce poste, inédit, de latéral gauche, il a plutôt bien géré. Pourtant, Messi a insisté dans son couloir pour créer le danger mais il est resté bien en place et solide défensivement. Offensivement, il a semblé un peu timoré.

- Correa (6) : toujours aussi intéressant dans ses déplacements. Dans son couloir, il a mis au supplice Junior Firpo qui ne savait plus où donner de la tête. Toujours juste, il a créé des différences énormes par sa capacité à éliminer. Remplacé par Lemar (76e) qui a essayé d’amener un peu de folie dans ce match mais n’a pas toujours fait les bons choix.

- Partey (7) : le patron du milieu, c’est lui. Présent dans les duels, la récupération, le Ghanéen a régné dans l’entrejeu. Grâce à sa science du placement, il arrive à créer des décalages et casser des lignes qui ont mis en grande difficulté le Barça. Dans la projection et la conservation du ballon, il a été un poison pour ses adversaires mais tellement utile pour son équipe.

- Herrera (7,5) : lui aussi a fait un gros match au milieu. Omniprésent, il a étouffé le milieu du Barça en première période. Grâce à sa capacité à se projeter, il a apporté le surnombre offensivement, ce qui a déstabilisé ses adversaires directs qui ne savaient pas comment le prendre au marquage. Sa remontée de balle au milieu de quatre barcelonais est un modèle du genre et surtout à l’image de son match. Remplacé par Lodi (88e).

- Koke (6) : dans le bon tempo, des prises de risques, des décalages, des retours défensifs salvateurs, l’Espagnol ne s’est pas ménagé ce soir. Il est bien revenu aider Saul dans son couloir, ce qui l’a peut-être empêché d’apporter plus offensivement.

- Felix (6) : pas l’attaquant le plus en vue ce soir mais très intéressant dans ses prises de balles avec toujours cette volonté d’éliminer. Très juste techniquement, il a fait parler sa vitesse ce qui a fait souffrir les défenseurs barcelonais. Remplacé par Vitolo (66e) qui a apporté sa vitesse et sa percussion dans un autre registre.

- Morata (7) : une première frappe sans danger pour Ter Stegen (2e) avant de jouer pour ses coéquipiers. Intelligent dans les remises et la création d’espaces, l’Espagnol aurait pu ouvrir le score sur ce coup de casque au point de penalty mais le portier barcelonais a sorti le grand jeu (40e). Un match sérieux et appliqué où il a été au service du collectif. Il ne manque que le but.

FC Barcelone

- Ter Stegen (7,5) : voir ci-dessus.

- Sergi Roberto (5,5) : le latéral droit du Barça n’a pas eu trop l’occasion de se projeter vers l’avant. Il s’est évertué à contenir du mieux possible les assauts madrilènes en début de match. Plus à l’aise au retour des vestiaires, l’international ibérique s’est plus projeté vers l’avant, comme sur ce contre où il sert Suarez à l’entrée de la surface (63e).

- Piqué (6) : pour son retour dans le onze, le défenseur central espagnol n’a pas semblé extrêmement serein dans ses interventions. Averti à la 32e. Le numéro trois du Barça se procure une belle occasion et voit sa tête heurter la transversale (43e). L’ancien international espagnol a essayé de faire monter le bloc équipe en évoluant plus haut. Costaud dans les duels, il s’est montré à son avantage dans le second acte. Doit quitter ses partenaires suite à un violent contact avec Vitolo. Remplacé à la 82e par Umtiti

- Lenglet (6,5) : le défenseur central français a connu un début de match poussif comme l’ensemble de ses partenaires. Moins serein qu’à l’accoutumée dans ses interventions, il est resté solide mentalement au plus fort de la pression des Colchoneros. Au retour des vestiaires, il a démontré une belle solidité dans les duels et effectué de belles interventions grâce à sa lecture du jeu. Averti à la 63e.

- Junior Firpo (2) : le latéral gauche du Barça a provoqué le premier frisson du match en déviant malencontreusement un centre d’Hermoso qui a atterri sur le poteau (6e). Son début de match est catastrophique, entre pertes de balles et faiblesse dans les duels. Averti à la 18e. Le défenseur a toujours semblé à contre courant ce soir, avec des approximations nombreuses dans les transmissions et beaucoup d’hésitations sur le plan défensif. Une soirée à oublier.

- De Jong (5,5) : le milieu néerlandais n’a pas démérité face à l’impact mis par le milieu de l’Atlético. L’ancien joueur de l’Ajax a essayé de distribuer le jeu et se rendre disponible pour ses partenaires. N’a pas toujours été en réussite dans ses initiatives avec un peu de déchet notamment dans ses transmissions. L’ancien joueur de l’Ajax est à l’origine du but de Messi grâce à sa récupération du ballon au milieu (86e).

- Rakitic (4,5) : pour sa deuxième titularisation de la semaine, le milieu croate a éprouvé quelques difficultés face à l’agressivité des Colchoneros. Il est pris dans son dos par le centre de Joao Felix pour Hermoso (20e). Bien servi par Messi dans la surface, l’international croate ne parvenait pas à redresser suffisamment sa frappe (26e). Averti à la 51e. Un match plutôt moyen pour l’intéressé ce soir.

- Arthur (6) : le milieu brésilien titularisé en l’absence de Busquets, a connu un début de match compliqué à cause de l’intensité mise par le milieu des Colchoneros. Il perd un ballon important qui provoque une opportunité pour Herrera (25e). Légèrement mieux après la demi-heure où il a orienté le jeu de son équipe, et joué vers l’avant. Son corner pour la tête de Piqué aurait pu être décisif (43e). Le seul joueur de l’entrejeu à se projeter pour tenter d’apporter le danger. Remplacé à la 74e par Vidal

- Messi (7) : très discret en début match, l’international argentin fut à l’origine de la première occasion de son équipe. La Pulga lançait bien Rakitic mais la frappe de ce dernier était bien captée par Oblak (26e). Plus tranchant dans le second acte où il a essayé de faire le bon décalage ou de décanter la situation comme sur sa frappe enroulée (60e). La Pulga décante la situation en profitant du jeu en pivot de Suarez. Sa frappe tendue petit filet permet aux Blaugranas d’ouvrir le score (0-1, 86e). Averti dans le temps additionnel (90+3).

- Suarez (5,5) : plutôt discret dans les premières minutes, l’attaquant uruguayen s’est plus montré après la demi-heure de jeu. L’ancien buteur de Liverpool a essayé de combiner avec Messi et Griezmann sans avoir à chaque fois la réussite escomptée. Bien servi par Griezmann, sa frappe tendue passe juste à côté (36e). Bien décalé en première intention par Sergi Roberto, El Pistolero voyait sa frappe bien captée par Oblak (63e). Son jeu en pivot permet à Lionel Messi d’ouvrir le score (0-1, 86e).

- Griezmann (4) : sifflé sur tous ses ballons, le champion du monde français n’a pas rechigné aux tâches défensives surtout quand il fallait aider Junior Firpo. Il s’est baladé sur le front de l’attaque barcelonaise pour offrir des solutions à ses partenaires. Son décalage pour Suarez aurait pu être décisif (36e). Le champion du monde français a disparu de la circulation dans le second acte. Un retour plus que discret au Wanda Metropolitano.