Election FIF 2020 : C’est Yaya qui a saisit la FIFpro pour Drogba

Il y a quelques heures, le Directeur de Campagne de Didier Drogba, Dosso Sinani, indiquait que le camp de son “champion” introduisait une action auprès de la FIFPro pour faire invalider la décision de l’AFI qui soutien Idriss Diallo, alors que l’un de ses membres, Didier Drogba, est candidat déclaré pour la même élection à la présidence de la FIF. Une information finalement nuancée par le camp Drogba qui affirme que l’ex-attaquant de Chelsea n’a mené aucune action. Par contre, la désolidarisation de la FIFPro Afrique muée en demande d’explication est l’émanation d’une saisine de Yaya Touré au plus haut niveau.

L’ex-milieu de terrain des Eléphants de Côte d’Ivoire ne s’en cache pas. Dans une communication ventilée sur ses réseaux, Yaya Touré a déclaré que « devant cette situation, (…), je me fais le porte-parole d’un grand nombre de joueurs pour solliciter l’intervention de la FIFPRO pour s’assurer que l’AFI en toute transparence écoute la parole de l’ensemble des footballeurs ivoiriens ». Ainsi, l’ancien du FC Barcelone est à l’origine de l’entrée en lice des instances internationales de lutte pour les droits des footballeurs en activité. Ainsi, selon le QG de campagne de Didier Drogba, c’est « La FIFPro qui a saisi l’AFI pour des questions d’éthique ».

Cyrille Domoraud également candidat !

En effet, la FIFPro ne comprendrait pas que Didier Drogba, vice-président de l’AFI, ne bénéficie pas du soutien de l’organisation dans une élection qui n’engage aucun autre membre du groupement. La lanterne de la communauté internationale devrait très tôt être éclairée, ainsi que celle des observateurs locaux. En effet, face à l’incompréhension générale, le camp Idriss Diallo, grâce à ses antennes, a indiqué que Cyrille Domoraud, président en exercice de l’AFI, est également candidat à cette élection à la présidence de la FIF. Puisque l’ex-défenseur de l’Olympique de Marseille ferait partie de la liste d’Idriss Diallo qui lui permet de briguer un poste au sein de son comité exécutif. Une dernière information qui pourrait tempérer les ardeurs de la FIFPro, surtout de sa représentation africaine, qui a affirmé ne pas être solidaire du parrainage de l’AFI. Aussi, selon les informations du siège de l’Association des Footballeurs Ivoiriens, il n’existe aucun texte permettant à la FIFPro d’invalider une décision du bureau de ses associations membres. De quoi compliquer les ambitions du camp Drogba qui espère un revirement en faveur de leur candidat déclaré.

Patrick GUITEY