Election FIF : Ouattara Bakary tiraillé entre Idriss Diallo et Didier Drogba

Les Assemblées Générale Ordinaire et Elective ont été repoussées pour cause de Coronavirus. La bataille pour les parrainages, soutiens et leur fidélisation ne s’estompe pas. Surtout quand des velléités de transferts se font jour. Depuis quelques temps, les camps Didier Drogba et Idriss Diallo s’opposent à coups de sorties médiatiques pour s’attribuer le soutien du président du CO Korhogo.

Ouattara Bakary est au centre des attentions. En tout cas, deux camps s’attribuent son soutien. Pourtant, depuis le 12 mai dernier, le penchant du COK semblait plutôt limpide. Affaibli par la maladie mais solide sur ses jambes, le fantasque président du club de la cité du Poro s’était affiché aux côtés de Didier Drogba pour lui promettre son soutien, son parrainage et donc son vote pour l’élection du président de la FIF. « Après analyse de son programme que nous avons trouvé innovateur et satisfaisant pour le football ivoirien et en accord avec mes collaborateurs, nous avons décidé de lui accorder notre soutien et nos bénédictions. Et nous lui disons que nous adhérons pleinement à son programme qui va changer positivement le football ivoirien », indiquait le communiqué du club signé de son président.

Un peu plus d’un mois après, Ouattara Bakary, lors de la visite de l’équipe d’Idriss Diallo à son quartier général à Adjamé, une commune d’Abidjan, a semblé changer de fusil d’épaule en déclarant que « Yacine Idriss Diallo c’est moi, et vice versa », comme pour indiquer « qu’il est sur la même longueur d’ondes que le candidat de la liste “Rassembler et Développer“ », a renchéri le service communication d’Idriss Diallo. Une confusion que le “board“ du COK a tenu à dissiper en réponse aux allusions faites autour du président Ouattara Bakari. Car si le président du COK « en tant que doyen du Football Ivoirien se doit bien évidemment de recevoir tous les candidats qui le souhaitent », il n’en demeure pas moins un « soutien indéfectible au candidat Didier Drogba ». Aussi rappelle-t-il que « ce choix a été consécutif à de nombreuses rencontres avec son équipe pour détailler et expliquer son Projet LA RENAISSANCE qui nous a séduit ». La conclusion de ce communiqué de Koné Aroune devrait ramener la sérénité au “Bakariland“.  Même si le poste de président d’honneur du COK occupé par Malick Tohé, par ailleurs Coordinateur Général de la liste « Rassembler et Développer », entretient le flou sur le choix véritable du club du nord.

Patrick GUITEY