Grenade, leader surprise de Liga, s’enflamme pour Maxime Gonalons

Quarante-six ans après. Pour la première fois depuis l’exercice 1973/74, . Évidemment, il faut relativiser, puisque le Clasico FC Barcelone-Real Madrid, prévu pour ce week-end, n’a pas eu lieu, reporté en raison des manifestations en Catalogne. Mais la performance reste notable. Grâce à son succès à domicile face au Betis (1-0, 10e journée), l’écurie andalouse, de retour parmi l’élite cette saison après deux années en Segunda Division, peut avoir le sourire. Et un homme en particulier : Maxime Gonalons.

Le milieu de terrain de 30 ans, arrivé cet été sous la forme de prêt en provenance de l’AS Roma, vivait sa troisième titularisation en championnat (5 apparitions au total) contre les Verdiblancos. Et sa prestation n’est pas passée inaperçue, notamment dans les médias locaux. , dans son analyse tactique à froid de la rencontre, a purement et simplement encensé l’international tricolore (8 sélections). « Le rendement défensif de Grenade est toujours un mérite collectif, mais la prestation de Gonalons est une des raisons principales des souffrances du Betis en phase offensive », peut-on lire. Mais ce n’est pas tout !

« Incommensurable »

« Le joueur français a réalisé son meilleur match sous ses nouvelles couleurs. Il a été performant défensivement et a même affiché des qualités techniques balle au pied. Il a à nouveau fait étalage de toute son expérience en seconde période, comme il l’avait déjà fait contre Osasuna (1-0). Si l’ex du Séville FC continue sa progression, il sera une pièce importante pour son entraîneur », explique le quotidien andalou. Si Sport ne lui a accordé qu’un 6/10, Mundo Deportivo lui a attribué 3 étoiles, tandis que As l’a élu « dandy de la rencontre ». « Il a été dans tous les bons coups. Il a défendu, contrôlé l’entrejeu, a su se défaire de la pression et a été le moteur de son équipe », peut-on lire dans les colonnes du journal sportif.

Son coach Diego Martinez, s’il a préféré la jouer collectif en conférence de presse d’après-match, n’a pas manqué de souligner le match de l’ancien Lyonnais, qui peut enchaîner en l’absence d’Angel Montoro (31 ans, 8 titularisations en ce début de saison). « Je suis très heureux pour lui, mais nous parlons toujours collectivement. La générosité des joueurs est vitale », a-t-il lancé, relayé par . Grenade, sous réserve de certaines clauses, est obligé d’offrir 4 M€ aux Giallorossi en fin de saison et ainsi conserver définitivement le natif de Vénissieux. Pour un élément « incommensurable » dimanche comme l’explique Granada Hoy, c’est presque cadeau !