Les finances de la Juventus vont exploser !

C’est l’heure des comptes à la Juventus. Ces dernières années, la Juventus a largement dépensé sur le marché des transferts afin de se renforcer. Des recrues qui coûtent cher à l’image de Cristiano Ronaldo, arrivé lors du mercato estival 2018 (100 M€, 30 M€ salaire annuel). Mais les résultats de la Vieille Dame sont probants ces dernières saisons, ce qui augmente sa visibilité et l’amélioration du classement de l’UEFA. À l’occasion de l’assemblée générale du club piémontais, le président Andrea Agnelli en a donc profité pour faire quelques annonces.

Le club turinois a ainsi reconnu un déficit de 39,9 M€ pour l’exercice 2018/2019, mais un chiffre d’affaires de 494,4 M€. Pas de quoi s’inquiéter donc, d’autant que les revenus à venir seront conséquents. Avant la prise de parole du dirigeant, la Juve a officiellement annoncé avoir conclu un accord avec FCA Italy SpA (filiale italienne du constructeur italo-américain Fiat Chrysler Automobiles) pour augmenter le contrat de sponsoring de la marque Jeep.

Un capital augmenté de 300 M€

Ce nouveau deal portera sur les saisons 2019/2020 et 2020/2021 avec une augmentation de 25 M€ des frais fixes annuels selon le publié. Mais ce n’est pas tout. Agnelli a également indiqué que le capital de la Vieille Dame va bientôt être augmenté de 300 M€ ! Une annonce forte dont l’objectif est clairement de mettre l’actuel leader de la Serie A de combler une partie du retard économique avec certains mastodontes européens tels que Manchester United, le FC Barcelone ou le Real Madrid.

« Les résultats sportifs ont été extraordinaires. Mes pensées vont à Massimiliano Allegri qui a apporté une contribution décisive à la croissance de la Juventus. Quant à l’aspect financier, l’augmentation de capital de 300 millions d’euros sera entièrement consacrée au plan de développement 2019-24 qui a trois objectifs : maintenir la compétitivité sportive, augmenter les revenus d’exploitation et ceux de la marque au niveau mondial. Nous sommes la plus grande entreprise italienne, mais seulement une parmi tant d’autres en Europe. Notre référence est la réalité européenne », a-t-il déclaré. Voilà qui promet !