OL-LOSC : les notes du match

OL-LOSC, ou le 3e contre le 2e de la saison passée. Les dynamiques ont changé et ce sont deux équipes en quête de résultats, et surtout de continuité, qui s’affrontaient ce mardi soir au Groupama Stadium. Avec 22 points au compteur chacun, les deux formations se devaient de l’emporter pour ne pas se faire trop décrocher du peloton de tête. Rudi Garcia pouvait compter pour cela sur le retour de Memphis Depay, installé à la pointe de l’attaque, et de Thiago Mendes tandis que Christophe Galtier alignait Bamba, Ikoné et Osimhen en attaque. Cela commençait très fort avec une grosse occasion pour Depay, dont la frappe du gauche en angle fermé trouvait Maignan sur sa route (1ère). Le LOSC répliquait vite avec une belle action collective qui débouchait sur un centre d’Ikoné vers Osimhen, qui était gêné par Marcelo (4e). Osimhen alertait Lopes de manière plus sérieuse à la reprise d’un centre de Renato Sanches (9e).

Pendant que Lyon et principalement Depay butaient sur l’axe adverse, le LOSC profitait des largesses sur le côté gauche de la défense lyonnaise en utilisant un Renato Sanches inspiré pour conserver le cuir et lancer de bonnes séquences de possession. Rien n’allait dans le sens lyonnais en ce début de rencontre, et cela se confirmait avec la sortie sur blessure de Koné, remplacé par Tete (25e). Tete entrait en jeu et Rafael changeait de couloir. Côté offensif, il ne se passait pas grand-chose côté lyonnais, qui s’en remettait à des coups de pieds arrêtés pour se montrer dangereux. Comme sur cette tête de Cornet, cadrée mais trop tendre, sur un coup-franc tiré par Depay. On voyait très peu Reine-Adelaïde par exemple. Cornet s’essayait au coup-franc direct, dans un angle fermé (34e). Depay s’offrait une nouvelle occasion après un contrôle en pivot en pleine surface mais il tirait trop mollement sur Maignan (35e). C’était trop peu pour égayer cette rencontre, d’autant que le LOSC avait égaré sa justesse technique du début de match.

L’OL bien trop brouillon

Au retour des vestiaires, l’OL passait la seconde et tentait de mettre plus de pression sur le but adverse. Cela passait essentiellement par la qualité technique de Depay, seul capable de proposer des gestes de classe mondiale mais il y avait au final toujours un pied lillois pour contrer les frappes ou les centres. Il ne se passait pas grand-chose sur le pré et la sortie de Depay à la 65e minute, remplacé par Aouar, n’augurait pas rien de bon… Du moins pour l’OL. Car, sur une nouvelle relance ratée de Marcelo, André donnait à Osimhen qui jouait en une touche vers Ikoné qui résistait à Rafale pour glisser le ballon au fond des filets (0-1, 68e) ! Un petit hold-up au regard de la production lilloise depuis le quart d’heure de jeu.

L’OL réagissait par l’intermédiaire d’Aouar, qui mettait un peu de mouvement dans le jeu lyonnais. Sur une belle remise de Terrier, le milieu frappait mais était contré. Dembélé, entré en jeu à la place de Cornet, enchaînait mais butait lui aussi sur la défense lilloise (70e). Bien trop brouillons, les hommes de Rudi Garcia n’avaient pas les jambes pour surprendre une défense adverse bien regroupée autour de Gabriel et José Fonte. Score final 1-0 pour Lille, qui grimpe à la 4e place du championnat, tandis que l’OL passe à la 8e place, avec cette troisième défaite à domicile de la saison.

Homme du match : Gabriel (7) : le Brésilien aura tout simplement dégoûté les lyonnais de leurs tentatives. En effet, le défenseur central s’est montré plus à son avantage que son capitaine. Il a été également vainqueur de la majorité de ses duels. Malheureusement pour lui, ses nombreux dégagements ont manqué de présence à la réception pour permettre à Lille de contre-attaquer. Une performance défensive qu’il a reconduite dès les premières minutes du second acte devant un OL qui en voulait plus et qu’il a tenu jusqu’à la fin du match.

OL :

- Lopes (6) : une parade exceptionnelle sur une tête d’Osimhen à la 9e minute pour bien démarrer son match. Derrière, pas grand-chose à faire, même si son jeu au pied aurait pu être plus soigné. Son arrêt initial a permis à l’OL de rester à flot. Jusqu’au but d’Ikoné, où il est abandonné par sa défense.

- Rafael (5) : une première période pleine de sérieux. A droite d’abord, il a bien contenu Bamba et a offert des relances intéressantes, même en jouant long, notamment vers Depay. La sortie de Koné sur blessure l’a décalé sur le côté gauche de la défense. Pour le bien de l’OL, qui prenait l’eau sur ce flanc. Là aussi, il a bien su fermer son couloir et limiter l’action de Renato Sanches.

- Marcelo (3) : pas sûr qu’il revienne vite dans le coeur des supporters rhodaniens, qui l’ont pris en grippe. Le défenseur central brésilien sait faire parler son gabarit, ce qu’Osimhen a pu constater mais il a affiché un manque de rythme dans son jeu de passes. Trop de relances neutres, voire de ballons perdus facilement sur du jeu long a priori simple. Et c’est sur une de ses relances ratées qu’est venu le but lillois. Il a fait vivre plusieurs frayeurs à ses partenaires…

- Denayer (5) : lui a plus de responsabilités dans la relance que son compère de la charnière car il dispose de plus de facilité technique. Mais le Belge a lui aussi pris trop de temps pour lancer ses milieux de terrain, d’où le manque de rythme en première période dans le jeu de passes lyonnais. Défensivement il a peu été mis en difficulté, même si Ikoné a parfois traîné dans sa zone, dans les intervalles. Il se fait prendre par la remise d’Osimhen sur le but d’Ikoné.

- Koné (non noté) : le Malien, et ancien Lillois, prenait l’eau depuis le début de la rencontre et se faisait posséder par Renato Sanches. Mais il s’est blessé à la vingtième minute de jeu et a été obligé de sortir, laissant sa place à Kenny Tete (4), qui a pris place côté droit tandis que Rafael basculait à gauche. L’international néerlandais a affiché un déficit technique regrettable et n’a pas vraiment aidé Marcelo à ressortir proprement les ballons.

- Tousart (5) : ses détracteurs vont encore souligner son déficit dans le jeu vers l’avant. Certes, Tousart n’est pas Ndombélé, par exemple. Mais dans l’impact et l’abnégation, il est difficile de faire mieux que lui ce soir. En première période, il a gratté un nombre considérable de ballons, avec des jaillissements bien sentis. Même chose en deuxième période. Effectivement, il pêche dans son jeu vers l’avant, mais il n’est pas le seul responsable du manque de liant dans le collectif rhodanien…

- Mendes (5) : absent depuis le match face à Nice, le milieu de terrain faisait son grand retour ce soir. Son impact dans les duels, face à son ancienne formation, s’est fait ressentir, tout comme sa capacité à récupérer haut certains ballons. Une prestation honnête pour un retour.

- Reine-Adelaïde (3) : après avoir été souvent remplacé avant la fin des rencontres, Reine-Adelaïde a enchaîné ce soir son troisième match complet après ceux face au Zenit et Strasbourg. Et c’est son fantôme qui se baladait ce soir au Groupama Stadium. Totalement invisible en première période. Il donnait l’impression d’être perdu sur la pelouse, jamais utilisé dans les relais, incapable de se positionner par rapport à ses partenaires. Un poil mieux après la pause, où il a basculé sur le côté droit au fil des remplacements de Rudi Garcia. Il a été plus utilisé de cette manière mais c’était déjà trop tard.

- Cornet (4) : du mouvement, des appels, de l’activité. Il est celui avec lequel Depay a le plus facilement combiné et les deux hommes ont parfois fait des misères à la défense lilloise. Mais hormis un coup-franc direct non cadré et une tête sur un coup-franc de Depay, il n’a pas pu vraiment se mettre en évidence. Ce à quoi s’ajoute un déchet technique sur plusieurs situations intéressantes. Remplacé par Dembélé (70e), qui a eu une occasion de tir, et c’est tout.

- Terrier (3) : si Reine-Adelaïde a été un fantôme, Terrier aura été le roi de la neutralité. Présent mais pas trop, sans idée ni créativité, l’attaquant, positionné à gauche a été bien trop mièvre pour peser sur le jeu offensif des siens. Un peu mieux en seconde mi-temps, à l’image d’un bon décalage en pleine surface pour Aouar, mais c’est bien trop peu. Il n’a pas marqué, une nouvelle fois, de points suite à une titularisation.

- Depay (6,5) : le meilleur joueur côté OL, et de loin. Sa qualité technique supérieure a été la principale raison d’espérer un résultat positif pour son équipe. Absent depuis le 2 novembre avec Lyon, il a pourtant été celui à mettre le plus de rythme offensivement. Doubles contacts, accélérations, décrochages, il aura tenté beaucoup de choses pour dynamiser le jeu. Il a eu une occasion intéressante dès le début de la rencontre mais a buté sur Maignan, en angle fermé. À court de forme, il a été remplacé par Aouar (66e), qui a amené un peu de mouvement dans l’entrejeu, notamment en portant le ballon. Des tentatives de frappe, non cadrées ou contrées.

LOSC

- Maignan (6) : l’international français a dû être très vite prêt puisque dès les premières secondes, il a dû s’employer devant Depay (1e) qui lui tire dessus. Par la suite, il s’est montré serein dans les 45 premières minutes face aux quelques occasions lyonnais par Cornet (26e) ou par ce même Depay (35e). Pour le reste du match, il n’a pas été mis dans une situation très dangereuse, voyant les occasions adverses manquer le cadre ou trouver un de ses coéquipiers.

- Celik (4,5) : une première période compliquée pour le latéral droit qui aura perdu beaucoup de ballons tout en perdant la quasi-totalité de ses duels, ne profitant pas de la forme de Sanches pour peser en attaque avec des tentatives de centres ratées. Il a été averti suite à une faute sur Rafael côté gauche (59e), une action à l’image de son match où il a été trop brouillon.

- Fonte (6) : le capitaine lillois n’a pas montré le plus serein des visages sur les quelques incursions lyonnaises des 45 premières minutes, mais il a fait le travail puisque la baisse de régime de Lille n’a pas eu de conséquences au score à la mi-temps. La seconde mi-temps a eu le même effet, puisque le Portugais s’est présenté à plus d’une reprise devant les ballons lyonnais.

- Gabriel (7) : voir ci-dessus

- Bradaric (3,5) : tout comme son pendant sur le côté droit, le latéral a montré des signes de difficultés face à Depay ou encore Cornet en perdant un bon nombre de ballons. Souvent auteur de fautes, il n’a pas été présent offensivement devenant un manque pour son équipe sur les ailes.

- André (6) : le milieu de terrain a montré qu’il avait envie d’avoir le ballon comme le montre le nombre de ses duels qu’il a majoritairement remportés, quitte à terminer au sol. C’est d’ailleurs ce qui a permis à son équipe d’ouvrir le score puisqu’il a été l’auteur de la récupération qui a amené l’ouverture du score d’Osimhen (68e).

- Soumaré (4) : alors qu’il a touché beaucoup de ballons, il a eu plus de mal à se mettre à son avantage dans le premier acte en perdant beaucoup trop de duels dans le milieu de terrain, freinant par la même occasion les relances lilloises. Ca a été un peu mieux sur le temps de jeu qu’il a eu en seconde période alors que l’OL pressait dès les premiers instants. Remplacé par Xeka (66e) qui n’a pas été beaucoup impactant sur cette fin de match qui a vu le jeu s’ouvrir un peu plus sans toutefois être transcendant.

- Sanches (6) : très bonne première période pour le Portugais sur son côté droit. Des ballons récupérés et un jeu de passes très important. Il aurait pu être passeur décisif sur la tête d’Osimhen qui a obligé Lopes à la parade (10e). Il aura été un peu moins efficace au retour des vestiaires. Il a écopé d’un carton jaune pour une action d’anti-jeu. (78e)

- Ikoné (5) : une bien mauvaise période à mettre à l’actif du numéro 10 lillois qui ne s’est pas beaucoup mis en avant, notamment dans les duels qu’il a perdus dans la plupart des cas, touchant très peu de ballons dans la même occasion. Sa première étincelle dans le match lui a permis d’être buteur après un très bon service d’Osimhen (68e), ce qui sauve sa performance dans ce match. Remplacé par Yazici (75e) qui n’a pas montré grand chose alors que Lille pouvait profiter des ouvertures offertes par Lyon.

- Bamba (5) : moins efficace que son coéquipier sur l’aile opposée, le Français a tout de même été intéressant notamment dans les duels. Il lui a manqué de peser offensivement dans le premier acte, comme son équipe. Malheureusement, la suite du match a été un peu plus compliquée pour lui ne sachant pas se montrer dangereux et étant un peu moins mis en valeur dans le jeu.

- Osimhen (5,5) : l’attaquant lillois a eu les occasions de changer le cours du match très vite, et sa tête a obligé Lopes à s’employer magnifiquement (10e). Par la suite, il n’a pas touché énormément de ballons, ayant le pire total du match (18), mais il a su se montrer précieux défensivement et dans les déviations. Il a cependant été passeur décisif pour Ikoné après le service d’André (68e), avec une très belle remise en une touche.