OM : de Nîmes à Nîmes, la métamorphose de Duje Caleta-Car

Le 19 août 2018, l’Olympique de Marseille se déplaçait aux Costières pour affronter le Nîmes Olympique, de retour dans l’élite. Rudi Garcia, à l’époque coach des Marseillais, décidait d’aligner en défense centrale ses deux Mondialistes, à savoir Adil Rami et Duje Caleta-Car, la nouvelle recrue croate des Phocéens. Cela ne s’est pas passé comme prévu puisque les joueurs de l’OM, finalistes de l’Europa League, se sont inclinés par trois buts à un.

Crédité d’une note assez clémente de cinq dans nos colonnes le soir de la rencontre, Duje Caleta-Car a vécu une première compliquée qui s’expliquait à l’époque par son intégration raccourcie et par la méforme d’Adil Rami. « Contre Nîmes, tout était à jeter à la poubelle, on a manqué de motivation, de rythme. Moi-même, je n’ai pas aidé Duje », déclarait d’ailleurs ce dernier après la rencontre en zone mixte avant que son compère croate vienne prendre la parole.

« Quand on jouait contre les derniers du classement, on le faisait sans forcer »

« On s’attendait à cette intensité de la part des Nîmois. Et pourtant… On a vraiment été naïfs sur les buts. C’était un grand honneur de porter le maillot de l’OM pour la première fois, mais je n’ai pas donné le meilleur, on n’a pas été bons. J’ai bien compris qu’en L1, il fallait être tout le temps à 100 %. Avec Salzbourg, on était toujours premiers du championnat autrichien. Quand on jouait contre les derniers du classement, on le faisait sans forcer, il y avait un tel fossé. Ici, toutes les équipes sont fortes », expliquait-il alors. La suite a été compliquée.

Titularisé un mois plus tard, alors qu’il ne jouait plus, contre l’Eintracht Francfort, qui sera demi-finaliste de l’épreuve, en Ligue Europa, il est une nouvelle fois inconstant et son équipe perd (1-2). Trois jours plus tard contre l’Olympique Lyonnais, il est à nouveau envoyé au front par Rudi Garcia. Il écope d’un carton rouge et l’OM perd quatre buts à deux. On a connu mieux comme processus d’adaptation et il n’aura que 17 titularisations en Ligue 1 lors de sa première année.

Alvaro Gonzalez lui a fait du bien

Mais finalement, l’été dernier, l’OM fait les choses bien et recrute Alvaro Gonzalez, censé devenir numéro trois dans la rotation, qui deviendra le patron de cette défense. « Oui, clairement, sa venue a été une très bonne chose pour l’équipe, pour Lucas (Perrin), Bouba(car Kamara) et moi. Il est notre guide, il nous aide, nous donne des conseils, il est toujours là pour nous, il a cet esprit gagneur pendant les matches, même à l’entraînement. Et quand ça ne va pas, il remonte le moral des troupes. Dans le jeu, on commence à bien se connaître, je suis bien avec lui sur le terrain, où c’est souvent lui qui commande de jouer le hors-jeu. On sait quoi faire, c’est très facile de jouer avec lui », explique d’ailleurs le géant croate à l’AFP.

Aujourd’hui, il est le titulaire indiscutable de cette défense avec l’Espagnol tandis que le jeune marseillais a été repositionné au milieu de terrain. Et il semble enfin s’épanouir et surtout, être bien plus serein. « Dès que je suis arrivé à Marseille, dès mon premier entraînement, je me suis dit que je méritais d’être ici, que j’avais les qualités pour faire partie de ce grand club. C’est vrai qu’à la fin de ma première saison, je me suis demandé comment allait être la deuxième, mais j’ai toujours cru en moi. Ce n’est jamais bon de prendre des revanches dans la vie. Je suis très heureux de jouer mieux, ça je dois le reconnaître, car l’année dernière il y a eu beaucoup de doutes à mon sujet », précise-t-il encore à l’AFP.

Ce vendredi soir, Duje Caleta-Car reviendra dans la peau d’un titulaire de l’OM à Nîmes, aux Costières (), là où sa carrière marseillaise avait – assez mal – commencé. Sûr de lui, il pourra permettre à l’Olympique de Marseille et à André Villas-Boas, son entraîneur, de conserver une belle longueur d’avance sur la troisième place (occupée par Rennes, qui compte huit points de retard) et sur la quatrième place (occupée par Lille, neuf points).