PSG : Neymar défend l’option des 4 fantastiques

Hier soir, le public du Parc des Princes a été gâté en termes de buts. Alors que l’on prédisait une soirée très compliquée pour l’AS Monaco de Roberto Moreno, le club du Rocher a finalement tenu la dragée haute aux Parisiens pour offrir aux spectateurs . Cependant, si le show a été au rendez-vous, les observateurs ont remarqué un détail qui n’a laissé personne indifférent. Alors qu’il semblait irrésistible, notamment contre Saint-Étienne mercredi dernier (6-1), le 4-4-2 mis en place pour les quatre fantastiques (Neymar, Mbappé, Icardi, Di Maria) a été fortement chahuté pour la première fois.

Un constat qui n’a pas échappé aux journalistes. Longuement interrogé à ce sujet hier soir en conférence de presse, , à un peu plus d’un mois du huitième de finale aller de Ligue des Champions face au Borussia Dortmund. Également questionné à ce sujet par les médias français, . Mais s’il s’est montré bref avec la presse hexagonale, l’international auriverde a pris davantage le temps de répondre aux interrogations des médias brésiliens.

Neymar a parlé aux autres fantastiques

« Je pense que c’est normal. Pour jouer comme ça (en 4-4-2), tout le monde doit s’impliquer un peu plus, faire davantage d’efforts et surtout aider. Bien sûr que nos milieux de terrain et nos défenseurs savent que nous (les attaquants) ne sommes pas les meilleurs défenseurs. Mais on fait ce qu’on peut, on aide comme on peut, on revient pour aider. C’est comme ça que ça doit être. Quand je ne reviens pas (en défense), Kylian vient à ma place et vice versa. Icardi revient aussi. Ça aide notre équipe d’une certaine manière. Nous avons discuté, oui, quand il (Tuchel) a dit qu’il allait jouer avec quatre attaquants. J’en ai parlé aux gars pour leur dire qu’il fallait s’entraider, courir un peu plus pour l’équipe », a-t-il déclaré à .

Mais si le Brésilien a démontré hier qu’il savait joindre les actes à la parole, tout le monde a bien vu qu’il avait été le seul des quatre fantastiques à fournir un tel effort. Notamment contre une équipe monégasque bien plus compliquée à jouer que la faible formation stéphanoise venue se faire étriller en Coupe de la Ligue BKT en milieu de semaine dernière. Reste donc maintenant à savoir s’il s’agissait d’un soir sans pour les attaquants parisiens ou si le club de la capitale a touché les limites de ce 4-4-2 très offensif. Car une chose est sûre : face au Borussia Dortmund et son armada offensive, une telle prestation sera sévèrement punie.